< précédent

suite >
L'Armistice, demandé et signé par le Gouvernement légalement formé par le Maréchal, a limité le désastre et constitué une étape capitale au regard de la stratégie que les Alliés utilitseront pour vaincre l'Allemagne.

Le 10 juillet 1940, l'accession du Maréchal à la fonction de Chef de l'Etat s'est faite de manière légitime par un vote du Congrès (539 voix pour, 80 voix contre et 17 abstentions).

Le Maréchal, conformément à la mission que lui a donnée le Parlement en 1940, a préparé une nouvelle Constitution.
Celle-ci était prête dès la fin de 1943.
Le Maréchal a refusé de la rendre publique tant que le sol national serait occupé et que l'ennemi retiendrait des prisonniers.

Cette Constitution :

  • confirmait le régime républicain de la France,
  • prévoyait l'extension du suffrage universel aux femme et d'adoption d'un système pluraliste pour l'élection des membres d'un Parlement bicamériste,
  • aménageait des modalités constitutionnelles assurant, dans le même temps, à l'Exécutif les conditions nécessaires à son action au Parlement son droit de contrôle,
  • institutait enfin une décentralisation aministrative par la création de Provinces dotées d'Assemblées délibératives et d'exécutifs.
©admp 2007 tous droits réservés

suite >